ENVIRONNEMENT - BIODIVERSITÉ

LES VERS DE TERRE, DES ALLIES EN OR

On oublie fréquemment que des êtres vivants grouillent sous nos pieds… Ils constituent la “pédofaune”. Dans cet article, je vais me concentrer sur l’un d’entre eux : petit, visqueux, un peu ragoutant mais d’une utilité primordiale pour la fertilité de nos sols : je veux bien sur parler des vers de terre.

Les vers de terre sont la première masse animale, représentant près de 70 % de l’ensemble des animaux y compris nous, les Hommes.

Marcel Bouche – Spécialiste francais des vers de terre

LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE VERS DE TERRE

Contrairement à beaucoup d’idées reçues, il existe plusieurs catégories de vers de terre. En France, on en compte plus ou moins 150 espèces, et 3627 pour le monde entier. Ils sont différenciés en fonction de leur mode de vie, leur taille, leur comportement ainsi que de leur alimentation.

Par conséquent, ils sont répartis en trois grandes catégories :

1 – Les épigés

Ils sont plutôt petits et assez fin (1 à 10 cm), d’une couleur rougeâtre et on les retrouvent à la surface du sol. Ils se nourrissent directement de la matière organique présente telle que les feuilles mortes, le compost, les excréments…).

On les connaît davantage sous le nom “vers à compost”. De ce fait, on les retrouve dans les lombricomposteurs.

Concernant leur reproduction, elle s’avère rapide. Ils peuvent produire de 40 à 100 cocons par adultes et par an. En effet, leur lieu de vie ne leur permet pas une protection idéale, ils sont souvent des proies faciles du fait de leur forte exposition aux prédateurs.

2 – Les anéciques

Continuons par les anéciques, qui sont les plus grands (15 à 120 cm), d’une couleur noire et sont très reconnaissables grâce à une glande assez épaisse, le “clitellum”. (On la retrouve chez plusieurs catégories de vers de terre adulte, elle toutefois est bien plus volumineuse chez les anéciques) . Eux, creusent des galeries verticales pouvant aller jusqu’à des profondeurs vertigineuses.

Eux aussi, viennent s’alimenter à la surface, sauf qu’à la différence des épigés, ils redistribuent la matière organique puiser en surface dans les profondeurs du sol.

Ils sont essentiellement actifs la nuit et en journée ils retournent à une profondeur suffisante pour que la température soit de 12°C (idéale pour sa digestion).

On les repère facilement grâce aux excréments qui déposent à la surface du sol, on les appelle les ” turricules”.

Leur reproduction est lente : de 3 à 13 cocons par adulte et par an mais leur espérance de vie peut aller jusqu’à 15 ans, selon les espèces. D’où l’importance de prendre soin de nos sols.

Turricule de vers de terre anéciques

3 – Les endogés

Pour finir, les endogés sont de taille moyenne (3 à 16 cm), d’une couleur blanche ou rose très pâle, on les retrouve uniquement sous terre. A l’inverse de nos précédents vers de terre, eux creusent des galeries horizontales mais peu profondes. Ils se nourrissent de matière organique souterraine (racines mortes…) mélangé à de la terre.

Leur reproduction est assez moyenne, entre 8 et 27 cocons par adulte et par an.


POURQUOI SONT-IL SI IMPORTANT ?

Aération et oxygénation du sol

Il est important de prendre conscience que les vers de terre jouent un rôle crucial pour la fertilité de nos sols. Et en effet, en creusant des galeries de part et d’autre, ils aèrent le sol en douceur et avec une grande dextérité permettant ainsi à l’eau et à l’air de circuler convenablement. Comme l’aération se fait correctement, les sols en anaérobie (manque d’oxygène) ou hydromorphe (saturation régulière en eau) sont quasiment inexistants.

Et en effet ,en cas de gros orage, comme j’ai pu le vivre dans le sud de la France, l’eau arrive difficilement à pénétrer dans un sol mort. Elle a surtout tendance à raviner, créant un excès d’eau brutal au niveau des ruisseaux et rivières provoquant inévitablement des inondations et une forte érosion des sols. En comparaison avec des sols dit “vivants”, l’eau (même en grande quantité) s’infiltre très rapidement grâce aux galeries, créant un drainage naturel et évitant ainsi le ruissellement et l’érosion.

Il a été mesuré que près de 16 cm /m2 d’eau peuvent passer dans les galeries par heure. Par comparaison, un sol labouré en adsorbe 2 à 3 cm /m2 par heure.

D’autant plus, leurs galeries sont de véritables autoroutes pour les racines des plantations qui arrivent plus facilement à profiter d’un sol profond et humide.

Fertilisation du sol

Les déjections des vers de terre sont un savant mélange de terre et de matières organiques. Le tout enrichit en micro-organismes (bactéries, protozoaires…).
Cette richesse rend les éléments minéraux plus assimilable par les plantes.

En prenant conscience du travail formidable que nous fournissent les vers de terre, on peut petit à petit réduire le travail préalable du sol à condition de s’y prendre correctement et de respecter ces êtres vivants.

Les vers de terre sont les intestins de la Terre

Aristote

COMMENT RESTAURER UNE POPULATION DE VERS DE TERRE ?

Il en est ainsi, la nature prend son temps. La restauration des vers de terre sur des sols morts prend du temps. Effectivement, avant de reconstruire ce qui a été déconstruit ou bien “d’aggrader” ce qui a été dégradé, commençons tout d’abord par les différentes causes :

  • L’épandage d’intrants chimiques et ceux même accepté en agriculture biologique
  • La raréfaction de matière organique (sol mis à nu)
  • La labourage des sols

Aucun travail du sol

Il est évident que sur un sol complètement mort, remplacer les outils comme la grelinette peut s’avérer compliquer.

Labourer est une pratique commune… Le fait de ne pas travailler son sol est considéré comme une erreur de débutant.

Et si, on réfléchissait autrement ?

En labourant le sol, à l’aide des différents engins de labour (motoculteur, charrues, les outils à socs...), on détruit les vers de terre eux-mêmes, leur nourriture, leur habitat, leurs galeries… L’équilibre du sol est bel et bien rompu.

Le simple fait de ne plus travailler le sol permettra d’épargner la vie et l’habitat de ces précieux alliés.

Un gîte et une nourriture abondante

Comme je le disais plus haut, la nourriture privilégiée des vers de terre se compose de matériaux organiques, de cellulose notamment. Pour pouvoir profiter des avantages des vers de terre, il va donc falloir leur apporter le couvert. (Ils ne vont pas travailler à l’œil tout de même 😉) Un apport quantitatif et régulier en foin, feuilles mortes, compost, fumier… Raviront leurs papilles et leurs permettrons de pouvoir travailler dans de bonnes conditions.

Bien entendu, les restes de vos plantations sont aussi un mets de choix ! N’hésite pas à laisser au sol toutes les matières végétales que tu ne récoltes pas, je pense notamment aux plantations saisonnières ou encore aux engrais verts.

Pour conclure, le paillage leurs apportent un gîte confortable et un excellent repas. Ils sauront te remercier par la création d’une terre fertile et aérer.

Aucun apport chimique

Pour finir, l’apport de produits chimiques en tous genres même ceux autoriser en agriculture biologique sont néfastes pour nos petits travailleurs de l’ombre. Donc, “exit” les produit chimiques, jardinons de façon respectueuse et laissons les se nourrir et travailler tranquillement.

Tu peux acheter en ligne… si, si !

Si malgré tout tes efforts, tu ne vois toujours aucune activité… Il se peut que ton sol soit complètement « mort » ☠.

Et oui…On trouve tout sur Internet, sur le site plus2vers, tu peux avoir accès à des donateurs de vers de terre partout en France. Ce site est très sérieux.

COMMENT PROFITER DE LEUR BIENFAIT EN APPARTEMENT ?

En effet, les vers de terre ne sont pas réserver au jardinage en pleine terre. On peut bénéficier des différents avantages qu’ils procurent aussi en intérieur. Le lombricompostage, c’est la solution pour les jardiniers “hors-sol”.

Si le milieu est favorable pour leur développement, tout va bien.

PAS DE PANIQUE :
LES VERS DÉTESTE LA LUMIÈRE, IL N’Y A DONC AUCUNE RAISON POUR QU’ILS SE RETROUVENT AU MILIEU DU SALON.

En revanche, si des vers cherchent à s’échapper, c’est le signe que le milieu ne leur convient plus (trop humide, trop acide, aliment qu’ils détestent…). Rééquilibre le compost en ajoutant du papier/carton, coquilles d’œufs broyées et pense à aérer.

Tu sais ce qu’il te reste à faire, pour avoir un sol qui regorge de vers de terre et profiter d’une étroite collaboration avec tes futures plantations. De posséder un sol stable, meuble, aérer, fertile… un sol vivant en somme.


Si tu as des questions, n’hésites pas à m’en faire part dans les commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre. Si l’article t’a plus, n’hésite pas à l’aimer et à le partager.

7 commentaires

  • virginie

    Merci Delphine pour cet article je suis tellement d’accord avec toi il ne faut plus remuer la terre pour les laisser tranquille ces petites bêtes…Chez nous on a changé de façon de jardiner il y a 4 ans avant mon conjoint passer une demi journée à la pioche à suer et remuer la terre. et puis, on a regardé le film Demain que tu connais très certainement et les paroles de monsieur Bourguignon ont fait comme un électro choc…On laisse tout sur place maitenant et la terre s’autoalimente toute seule…Le sol ressemble à celui de la forêt. Mes filles quand elles plantes font bien attention aux vers de terre elles adorent les regarder travailler….
    https://soigne-ton-assiette.com/

  • Gabrielle

    Merci pour cet article complet 👌 j’avais déjà vu quelques vidéos sur le sujet mais avoir un récapitulatif écrit je préfère 😉
    Astuce pour avoir du foin gratuitement : demandez les tontes de vos voisins s’ils ne s’en servent pas ! Vous leur “nettoyez” je jardin et ça vous fait du foin gratuit 😉

    • Delphine G

      Effectivement, en général ils sont content ça leur évite, un aller retour à la déchetterie. On peux aussi voir avec les agriculteurs pour obtenir les bottes de foin ayant pris l’humidité, elles sont impropre à la consommation du bétail mais amplement suffisant pour nos potagers.

  • Pierre-Favre

    Ça doit faire bizarre de se retrouver face un un vers de terre de plus d’un mètre! 😀
    Je plussoie, le vers de terre est indispensable pour avoir une terre riche. Si je me rappel bien une conférence de Claude et Lydia Bourguignon, ce sont les vers de terre qui fabrique … la terre! Rien que ça!!! C’est dans leur intestin que s’associe l’humus et l’argile pour former un complexe argilo-humique, autrement nommé : terre.

    • Delphine G

      On appelle les épigés, vers à compost parce qu’on les utilise dans les lombricomposteurs. Concernant, le compost classique moi je n’en ai jamais trouvé par contre j’ai découvert des larves de cétoine (grosses larves blanches, assez repoussantes) ce qui est tout à fait normal vu que les cétoines femelles pondent les œufs dans les tas de matières organiques en décomposition.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *