JARDINAGE

10 ASTUCES POUR RÉUSSIR SES SEMIS

Partager l'article
  •  
  •  

Je te livre 10 astuces afin de réussir tes semis dans de bonnes conditions, pour qu’ils se développent correctement afin que dans un futur proche, tu puisses profiter de plants robustes et sains.

Le semis est LA méthode la plus économique afin d’obtenir ses propres plants d’une qualité incomparable. Et cette année, tu as peut-être décidé de tenter l’aventure. Eh oui… c’est bel et bien une aventure, il ne suffira pas uniquement de mettre quelques graines dans un peu de terreau en pensant que le tour est joué.


1 – OBTENIR DE BONNES SEMENCES

Pour débuter, il va falloir se munir de graines mais toutes les semences ne se valent pas. Sur le marché, il existe une immense gamme avec des labels ou nominations différentes, beaucoup d’entre nous se retrouve alors perdu face à ce choix draconien, biologique ou conventionnelle, hybride ou paysanne… Que choisir ?

Je te laisse visionner cet article dans lequel je te dévoile : qu’est-ce qu’une semence de qualité ?


2 – SE RENSEIGNER SUR LA PÉRIODE IDÉALE

Chaque plante possède des besoins différents surtout en ce qui concerne la température et la luminosité, j’y reviendrai plus tard.

Certaines semences vont préférer des températures chaudes supérieures à 20° et pour d’autres, des températures plus fraîches en dessous de 10°.

Si la température, ne correspond pas à la plante, celle-ci ne germera pas et mettra à mal la réussite de tes semis.

Pour y voir un peu plus clair, je te laisse visionner ce calendrier des semis qui je trouve est très complet.


3 – SEMER EN INTÉRIEUR OU PAS ?

Continuons… leurs besoins variés aussi en matière de germination, de luminosité, d’humidité, ou même de température…

Les semis en intérieur

Les semis en intérieur sont des semis ayant besoin de beaucoup de chaleur. Je pense ici aux plants tels que les poivrons / piments, aubergines, tomates, courgettes…

Ces plants demandent une température d’une vingtaine de degrés minimum pour pouvoir germer.

Les semis sous abris

Les semis sous abri sont adaptés aux plants qui acceptent plus facilement des températures basses. Toutefois, il serait encore trop tôt pour les semer en pleine terre, et tes semis risqueraient de geler sur place.

Les semis en pleine terre

Après tout risque de gel écarté, les semis peuvent être transplantés en pleine terre notamment au printemps et jusqu’à l’automne, pour les légumes d’hiver.

Toutefois, certains plants ont besoin de rester en place durant tout leur développement. Je parle ici des carottes, radis… On peut donc très bien les semer directement en pleine terre.


4 – AVOIR DES CONTENANTS ADAPTES

Comme il y a autant de contenants que de façon de jardiner, je vais te mettre en avant les contenants les plus communs, à toi de trouver ce qui te correspond le mieux en fonction de la place que tu possèdes, du nombre de semis mais aussi avec l’aisance que tu ressens.

Les terrines

Ce sont généralement des caissettes en plastique généralement avec une faible hauteur.

Attention, il va falloir prévoir de transplanter les semis dans un contenant plus grand quand ceux-ci vont se sentir un peu à l’étroit, l’opération peu s’avérer compliquer pour les débutants.

Les plaques de culture

Les plaques de culture sont quasi identiques aux terrines, à une exception près, elles possèdent de petites alvéoles permettant une transplantation plus simple. Les jeunes plants subissent moins de stress lors du repiquage.

La présence d’alvéoles limite la consommation de terreau et d’eau.

Les godets en plastiques

Les godets plastiques sont en effet très économiques mais ont besoin d’une grande quantité de terreau.

Ce sont des contenants idéaux pour la transplantation des semis afin qu’ils puissent continuer à se développer confortablement avant la plantation en pleine terre.

Les pots biodégradables

Hormis, le fait qu’ils soient biodégradables, il possède un inconvénient à prendre en compte. Ces pots ont la fâcheuse tendance à absorber l’eau contenue dans le terreau, ce qui dessèche rapidement le substrat.

Toutefois, ces contenants sont à racheter chaque année, mais ne perturbent en rien la plante lors de sa plantation en pleine terre.

Les fabrications “maison”

Je ne peux pas passer à côté des fabrications maison très peu coûteuses et qui possèdent pour certain bien des avantages.

Pots de yaourt, boîtes à œufs, boîte de conserves, fonds de bouteilles plastiques… les possibilités sont très larges avec plus ou moins d’avantage selon le matériaux utilisés.


Par exemple, les fonds de bouteilles offrent beaucoup de place pour le futur plant mais il faut penser préalablement à percer le fond, si on ne veut pas avoir d’accès d’humidité dans quel cas nos semis risqueraient de pourrir.


5 – CHOISIR UN BON TERREAU

Le choix du terreau est très important pour réussir tes semis ! Il existe des terreaux “spécial semis” qui conviennent à la perfection, ils sont dépourvu de graines et germes pathogènes.

Cependant, si tu préfères participer de A à Z à la réussite de tes semis, si tu t’en sens capable pourquoi ne pas fabriquer toi-même ton terreau. Je te laisse visionner la seconde partie de cette vidéo publié par Olivier de la chaîne “le potager d’Olivier” car personnellement je n’ai jamais confectionné mon terreau “maison”.

Si tu as la chance d’avoir des taupinières proches de chez toi, c’est une véritable aubaine… Je ne plaisante pas, hormis le fait que ton terrain soit un champ de bataille, en y regardant de plus près la taupe affine et malaxe la terre à la perfection. En fait, c’est un savant mélange entre le limon, l’argile et le sable, rendant la terre intéressante pour réussir tes semis.


6 – UNE PROFONDEUR ADAPTÉE

La profondeur de plantation est aussi un élément clé pour réussir tes semis, en effet si la graine est enfouie trop profond elle aura du mal à trouver la lumière et va finir par s’épuiser.

Dans une grande majorité des cas, elles doivent être déposées à quelques millimètres sous terre. Plus la graine est petite, plus elle doit être semée à la surface, pour les graines plus volumineuses (je pense aux courges notamment) 1 ou 2 cm de profondeur seront suffisants.


7 – OBTENIR UN BON RATIO TEMPÉRATURE / LUMINOSITÉ

Voici les deux autres éléments indispensables : la chaleur et la luminosité. Choisir un endroit assez chaud et très proche d’une fenêtre.

Les semis qui filent

Qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement, un semis dont la tige ne cesse de grandir sans jamais faire de feuille. Cela est le signe d’un manque de luminosité, le plant cherche par tous les moyens d’accéder à la lumière. Dans ce cas, ne tarde pas trop et change les de place afin de leur offrir un emplacement plus lumineux.

Quelles en sont les conséquences ? Le fait d’avoir des semis avec une tige exubérante fragilise son développement, la plante est moins robuste et risque de plier ou de casser à la moindre occasion.


8 – TOUT DOUX SUR L’ARROSAGE

L’arrosage des semis est assez particulier, on oublie le jet d’eau ou encore la pomme de l’arrosoir.

Alors, on arrose tout en douceur, afin d’éviter de déplacer les graines. Je te conseille d’utiliser un vaporisateur ou un pulvérisateur pour ceux qui ont pas mal de semis en place.

La fontes de semis

Qu’est-ce que c’est ? C’est une maladie causée par plusieurs espèces de champignons. Ils peuvent être présent dans un terreau infecté. Le plus gros du problème, c’est contagieux : cela peut se répandre assez rapidement et toucher une grande partie des semis.

Quelles en sont les conséquences ? Soit rien ne pousse, soit tu obtiens des plantes brunâtres qui vont rapidement dépérir.

Comment prévenir ? Évite d’arroser en trop grande quantité et pense à aérer régulièrement l’abri ou la serre. La proximité des plants est aussi un facteur de contamination. Laisse de l’espace entre chaque plant.


9 – UNE SURVEILLANCE ACCRUE

Après la levée, les deux premières feuilles s’appellent des cotylédons, ce sont des organes destinés à nourrir la plante afin de garantir le développement de ses racines.

Les deux vraies feuilles apparaissent juste après. On peut repiquer les plants à partir du moment où l’on voit les six “vraies” feuilles.


10 – EVITER LE CHOC THERMIQUE

Pour tous les semis d’intérieur, viens le moment où tu vas les passer en pleine terre… Sauf, que tes petits plants ont toujours vécu à l’abri des intempéries, du soleil direct, des différents aléas météorologiques. Le fait de passer de l’intérieur à l’extérieur peut provoquer un véritable stress pour tes petits protégés et de réduire à néant le fait de réussir tes semis.

Le but ici est de leur donner un temps de transition entre la vie en intérieur et celle en pleine terre. Dans l’idéal, cette transition dure une quinzaine de jours (hors période de gel).

1ère étape : Sort les à l’ombre une heure au début, et augmente le temps de jour en jour.

2ème étape : Place les progressivement au soleil, au tout début laisse les 1 heures maxi, au risque de les brûler.

3ème étape : les laisser complètement en extérieur


Pour conclure, il y a beaucoup de critères à prendre en compte pour réussir tes semis. Rien n’est impossible, après tout tu peux tout de même te lancer dans l’aventure et si tes résultats ne sont pas au rendez-vous rien ne t’empêche d’acheter des plants en place chez ton maraîcher ou en jardinerie.


Si tu as des questions, n’hésites pas à m’en faire part dans les commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre. Si l’article t’a plus, n’hésite pas à l’aimer et à le partager.

- Cet article est écrit et diffusé par Delphine du blog "Potager D'Abondance" -
Partager l'article
  •  
  •  

5 commentaires

    • Delphine G

      Bonjour
      Le livre est une exclusivité du blog, pour l’obtenir il te suffit d’indiquer ton adresse email accompagné de ton prénom dans la fenêtre pop up ou dans la barre latérale du site.
      J’espère avoir résolu ton problème. A bientôt sur le blog.

  • Shirley Maeder

    Bonjour!

    J’aime toujours autant venir faire un tour ce ton blog. Moi qui ai débuté un petit jardin potage il y a 4 ans, j’ai encore beaucoup de chose à apprendre. Ton article tombe à pique, car je me posais dernièrement la question des semis. J’ai voulu en faire l’année passé avec nos enfants et ce fut un fiasco. Cette année, je serais mieux préparé.

    Merci pour tes conseils !!!

  • Gallardo

    Bonjour ,

    Je suis toute nouvelle et j attend désespérément une réponse personnalisée comme prévu et a part des lettres globales qui ne répondent pas à mes attentes cela devient trop compliqué d avoir de l aide je trouve ,je souhaitais des infos pour démarrer j ai dú les chercher sur le net toute seule . J ai fais un bac en lasagnes carré d un mètrre 20 je crois et un autre petit en escalier . Je ne sais pas comment organiser les plants dedans il y a 9 cases du coup ça fait peu : 6 plants de tomates ,3 poivrons,3cougettes,6comcombres,des radis, du basilic ,persill,3 feuilles de chene rouge . Et tout petit carré pour enfant

    Merci de m aider à planter

    • Delphine G

      Bonjour

      Si je comprend bien ta question, tu aimerais planter :
      6 tomates, 3 poivrons, 3 courgettes, 6 concombres, radis, basilic, persil,3 feuilles de chêne tout ceci dans un petit espace.
      Moi ce que je te conseille, c’est d’utiliser la hauteur avec des bambous, des fer à béton, piquet en bois…
      Tu pourras donc y tuteurer les tomates, concombres et courgettes.
      En dessous tu peux y mettre les poivrons.
      Et au sol toutes les aromatiques, radis et salades.
      En supposant que tes plants sont standards et que tu ne possèdes pas des variétés naines ou géantes.

      J’espère avoir répondu à ton interrogation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *