JARDINAGE

LES SECRETS DES MAUVAISES HERBES

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Bienvenue à nouveau sur Potager d'Abondance ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que tu viens ici, mon livret " Débuter un potager en permaculture" est susceptible de t'intéresser pour démarrer un potager en collaboration avec la nature : cliquez ici pour télécharger mon livret gratuitement ! 🙂

Tout individu ayant une parcelle de terrain ou encore un potager à sa disposition, se retrouve un jour ou l’autre envahi par des plantes sauvages ou plus communément « Mauvaises Herbes ». Culturellement, nous allons chercher par tous les moyens de les éradiquer, mais au fait pourquoi… ? Sont-elles réellement « mauvaises » ?

Pour commencer, je tiens à reprendre deux citations qui selon moi sont à méditer :

« Une mauvaise herbe est une plante dont on n’a pas encore trouvé les vertus »

Raph Waldo Emerson

« On ne commande la nature qu’en lui obéissant »

Francis Bacon

Pour la plupart des jardiniers, ces plantes  « sauvages » rentrent directement en compétition avec nos propres plantations, que ce soit au niveau de l’eau, de la terre, du soleil… Effectivement, ces herbes se sont très bien acclimatées tant au niveau environnemental qu’au type de sol. Un jeune semis en pleine croissance aura donc plus de difficulté à s’adapter à son nouvel environnement. Cependant, une fois sa croissance bien entamée… Tu n’auras plus rien à craindre.

De plus, il faut savoir que la nature est bien faite, elles ne sont donc pas là par hasard… Voyons ce que ces plantes « sauvages » nous dévoilent…


LES HERBES ET LE SOL

La présence massive d’un type de plante « spontanée » nous renseigne sur la nature du sol…on les appelle des plantes bio indicatrices. Toutefois, il est important de prendre en compte l’ensemble des espèces présentes sur la surface car une seule espèce est rarement indicatrice à elle seule.

Par exemple : après la plantation de plants de tomates, le sol est extrêmement chargé en azote, les plantes sauvages ayant besoin d’azote pour leur croissance vont s’y développer. Créant par la suite un rééquilibrage au niveau du sol, cet excès est bénéfique pour leur développement. Par conséquent, les plantes rééquilibrent le sol en fonction de leurs besoins.

D’autre part, grâce à leur système racinaire, elles contribuent à l’aération du sol en profondeur…

Coccinelle par Myriam Zilles de Pixabay

LES HERBES ET LA BIODIVERSITÉ

Elles sont un excellent moyen d’augmenter la biodiversité dans son jardin, contribuant à la régulation naturelle entre les « ravageurs » et les « auxiliaires »…

« Je tiens à vous rappeler que selon moi dans la nature personne n’est ni bon ni mauvais»

Toutes espèces vivantes faits parties intégrantes d’un écosystème, très fragile et subtil. Ainsi, ils nourrissent d’autres insectes et animaux, vous savez la chaîne alimentaire…

Les « mauvaises » herbes faisant partie de cet écosystème accentuent cette biodiversité dans son ensemble parce qu’elles apportent de la nourriture et un lieu de vie pour beaucoup d’insectes. Sans oublier, les insectes pollinisateurs qui sont très bénéfiques pour la vie dans votre jardin, mais pas que…

Prenons un exemple : tout le monde adore les coccinelles mais beaucoup d’entre nous oublient qu’avant de devenir de magnifiques insectes, elles étaient des petites larves voraces se nourrissant exclusivement de pucerons.

Donc n’hésites pas à cultiver des artichauts ou encore des fèves qui ont tendance à attirer naturellement les pucerons, de plus cela évitera qu’ils viennent prendre place sur d’autres plants du potager, ou leur présence sera beaucoup moins appréciée.

La végétation protège aussi le sol des différentes intempéries ou encore permet un couvert végétal contre le soleil. Elle enrichit le sol en humus, attirant autour de leurs racines, une vie biologique dense composée d’une multitude d’espèces… et chacun contribuant au bon équilibre du sol permettant de nourrir les plantes et d’améliorer la fertilisation de la terre.

Plus, il y aura de forme de vie dans l’ensemble de votre potager, plus tes cultures seront protégées et saines.


CERTAINES SONT COMESTIBLES

Personnellement, je ne suis pas assez avancé sur le sujet pour donner tel ou tel conseil, j’ai connaissance de certaines plantes sauvages comestibles telles que l’ortie, le plantain ou l’ail des ours…

Par conséquent, j’appelle donc à la plus grande vigilance… certaines plantes peuvent être toxiques voire mortelles pour l’Homme. De ce fait, n’hésitez pas à demander conseil à des vrais connaisseurs et renseignes toi correctement…

Marche dans une allée de coquelicot par Delphine GARCIA

Pour conclure, prenons le temps d’observer, de connaitre et d’apprécier ces plantes dites « sauvages » à leurs justes valeurs parce qu’elles ne sont finalement pas si “mauvaises” que ça.


Si tu as des questions, n’hésites pas à m’en faire part dans les commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre. N’hésites pas à partager et à aimer cet article, s’il t’a plu.


Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *