JARDINAGE

LA PERMACULTURE, C’EST QUOI ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Bienvenue à nouveau sur Potager d'Abondance ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que tu viens ici, mon livret " Débuter un potager en permaculture" est susceptible de t'intéresser pour démarrer un potager en collaboration avec la nature : cliquez ici pour télécharger mon livret gratuitement ! 🙂

Dans les années 70, le mouvement de la permaculture (contraction des mots « permanent » et « agriculture ») a été développé par deux australiens : Bill Mollison et David Holmgren.

Ce mouvement propose un style de vie alternatif  et holistique qui revoit notre société dans sa globalité, que se soit au niveau du jardinage, de l’alimentation, de la santé, de l’habitat…

La permaculture apporte des réponses à ceux qui veulent construire une société moins dépendante du pétrole ou simplement renouer avec la nature. Depuis l’ère de l’industrialisation,  notre société est complètement dépendante du pétrole et de ses dérivés à tel point qu’aujourd’hui peu de monde sait comment produire sa propre nourriture ou tout simplement comment vivre sans cette énergie.


Il faut savoir que
La permaculture respecte 3 grandes règles éthiques :

Les principes de la permaculture

1 – Prendre soin de la Terre

Nos forêts, nos océans et nos rivières sont les poumons et les veines de notre planète, elles accueillent une grande diversité de formes de vie. Où chaque espèce a sa propre valeur, et ne demande qu’à être respecté.

En permaculture, le modèle de base est la forêt. Elle est constituée de plusieurs écosystèmes qui interagissent entre elles.

Son sol est protégé par un paillage naturel, on constate aussi l’absence de manipulation et l’absence de tout produits chimiques. Ainsi, l’alliance entre la faune et la flore forme un écosystème redoutablement efficace.

Jusqu’à présent l’agriculture conventionnelle, ne cesse de répandre de part et d’autre des pesticides, engrais, insecticides…, rendant la terre de plus en plus pauvre.

Hors, l’état du sol est l’une des mesures permettant de connaitre le niveau de santé et de bien-être d’une société. Il est donc important d’en prendre soin. Par exemple : en utilisant un compost pour les déchets organiques ou en évitant le travail intensif du sol…

Pour finir, réduisons de notre consommation matérielle qui est en  lien direct avec notre environnement. L’extraction, la production, l’emballage, le transport… est limité, ce qui est la meilleure façon de se soucier de toutes les formes de vie y compris de la notre.

Pensons, à réutiliser tout ce qui peut l’être. Vous avez quelques vieilles briques rouge au fond du jardin… Super !!! Pourquoi ne pas les utilisés dans un hôtel à insectes. Ou encore, un tas de pierres peuvent très bien délimiter une spirale aromatique. Seul, votre imagination sera un frein.

Le travail du sol dans le respect de l'homme et de l'animal
Labour du sol par Marc Pascual de Pixabay

2 – Prendre soin de l’Homme

La valorisation et le soutiens de l’Homme, dans ses compétences et dans son travail est un point essentiel. Comment rendre une société bienveillante et respectueuse, si l’humain n’est pas valorisé et reconnu comme compétent ?

Au lieu de chercher le problème chez les autres, responsabilisons nous et regardons plutôt, comment être la solution au problème. Commençons par nous prendre en main.

Pour cela, nous devons commencer par prendre soin de nous même autant sur le plan physique, que psychologique, ou spirituel. Il est très difficile de soutenir et d’apporter de la reconnaissance à quelqu’un, si nous même, n’allons pas bien. Sortons du stress, de la course contre la montre, de la surconsommation, évitons les relations « toxiques » ou les carrières non satisfaisantes. Seulement, après avoir atteint un bien être et une sérénité intérieure, nous pouvons prendre soin de notre famille, nos voisins, … et pourquoi pas de les inspirer à notre tour.

« Soyons le changement que nous voulons voir dans le Monde »

– Gandhi –

3 – Le partage des ressources équitables

La nature est d’une grande générosité, elle produit souvent bien plus que ce qu’un individu peut consommer. Le fait de partager est un acte naturel, donner à son prochain ce dont on ne peut rien faire.

Par exemple : Dans un potager permacole, les animaux auxiliaires tel que les abeilles vont se charger de polliniser les fleurs, nous permettant d’avoir de beaux fruits et légumes, et par la même occasion du miel.

Les poules vont pouvoir consommer les fruits ou légumes gâtés, le surplus d’engrais vert… En retour, leurs fientes enrichissent la terre en azote, et par la même occasion nous apporterons quotidiennement des œufs.

deux personnes se passant un bol de tomates cerises

Pour conclure, apprenons à comprendre et respecter des processus naturel. Créons un espace où la nature, l’Homme et les animaux sont les bienvenues. Apprenons à respecter et à cohabiter avec la flore et la faune qui nous entoure.


Si tu as des questions, n’hésites pas à m’en faire part dans les commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre. N’hésites pas à partager et à aimer cet article, s’il t’a plu.


Partager l'article
  •  
  •  
  •  

3 commentaires

  • Pierre-Favre

    Salut Delphine!
    Je trouve que ta vision de l’Homme (ou la vision de la permaculture, mais comme je suppose qu’elle est la même ;-)) est pleine de raison et j’ai envie de rajouter, pleine d’humanité.
    La permaculture m’interroge régulièrement. En fait il y a 5 ans j’ai commencé à faire mon jardin en permaculture et, au fur et a mesure des années, j’ai “glissé” vers un potager plus classique. Evidemment sans intrant chimique, mais avec travail de la terre et arrachage des adventices.
    Alors je te lirai avec plaisir, d’autant que ton style d’écriture est agréable, et si tu peux me “réconcilier” avec la permaculture ce sera très bien. Mais en attendant je vais continuer comme ça 😉 Ceci dit mon potager “plus classique” est envahi de “mauvaise herbe” parce que je ne suis pas sur son dos en permanence 😀
    A bientôt 😉

    • Delphine G

      Merci de ce retour positif, l’avantage c’est qu’apparemment l’idée ne t’ai pas sorti de la tête. Après tu peux faire un jardin classique en gardant des grands principes de la permaculture : rien n’est figé, pas d’intrant chimique, association fleurs/légumes, paillage… En espérant pouvoir te redonner un peu plus l’envie de “permaculturer”😀. A bientôt

  • Florence

    Bonjour Delphine, je suis Florence et j’aide les personnes à Optimiser leur Bien- Etre avec le Végétal dans leur Habitat à travers mon blog https//faisbrillertesetincelles.com. Je suis heureuse d’avoir lu cet article sur la permaculture. Il m’a apporté une vision nouvelle vis à vis des animaux auxiliaires. Une vision de collaboration et non d’exploitation en tout cas dans le jardin permacole. J’y penserai quand je ferai le mien. A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *