LE MYTHE DU JARDINAGE LUNAIRE

La croyance planétaire que la Lune puisse affecter la croissance des végétaux est très ancienne. On retrouve cette croyance dans le folklore des sociétés Celtes en Grande-Bretagne jusqu’aux Maoris en Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, jardiner avec la lune est encore un sujet d’actualité, une tradition que l’on retrouve dans de nombreux pays.

Qu’en est-il réellement, est-ce un mythe ou une réalité ?

QU’EST CE QUE JARDINER AVEC LA LUNE ?

Cette croyance part majoritairement du principe que notre univers est conçu de telle sorte que les différents éléments sont interdépendants. Ainsi, les différentes positions de la lune exerceraient une influence sur la végétation.

Les position et les formes de la lune

Jardiner avec la lune, veut dire que l’on va prêter attention au positionnement de la lune dans le ciel mais on va aussi tenir compte de sa forme.

Lune croissante et décroissante

La lune croissante est soi-disant référencée à la vitalité, elle rendrait les plantes vigoureuses et résistantes. Ce serait aussi le moment idéal pour la taille, les récoltes et les cueillettes destinées à la conservation.

La lune est décroissante correspondrait à une moindre vitalité, un temps de repos, avec des récoltes moindres mais plus savoureuses. De plus, il est conseillé de travailler et fertiliser le sol pendant la phase décroissante de la lune. 

Lune montante et descendante

Lorsque la lune est montante, ce serait le moment idéal pour les greffes, les semis, la récolte des fruits…

Lorsqu’elle est descendante, à cette période on procède aux bouturages, marcottages, repiquages et à la transplantation. La récolte des légumes racines serait aussi optimisée à cette période.

Période d’influence négative

La lune peut aussi passer par des moments où son influence est négative, comme les noeuds lunaires, le périgée ou encore l’apogée. À ces moments-là, il vaudrait mieux délaisser son jardin.

LES VÉGÉTAUX ET L’HORLOGE BIOLOGIQUE

Les mammifères, y compris les humains, ont un mécanisme de synchronisation interne appelé horloge biologique qui contrôle les rythmes circadiens. Nous savons tous à quel point notre système est perturbé lorsque nous devons faire face à un décalage horaire.

Il est logique de penser que les végétaux, qui dépendent tellement de la lumière, ont aussi un tel système. Et effectivement, il a été démontré tout récemment que les plantes possèdent bien un rythme circadien interne.

Prenons comme exemple le haricot qui oriente ses feuilles juste avant l’aube, afin de pouvoir capter la lumière de façon optimale. L’instant où cela se produit est variable, car la durée d’ensoleillement varie constamment dans l’année. Le haricot doit donc, anticiper l’orientation de son feuillage, en fonction du léger décalage “horaire”.

Cependant, le fait qu’ils possèdent aussi une horloge biologique interne ne prouve en rien que la lune a un quelconque effet sur leur développement.

LES VÉGÉTAUX ET LA GRAVITÉ

Selon Isaac Newton, les lois de la gravité expliquent que les marées existent parce que l’eau des océans est tirée par la gravité de la lune. Nos océans sont les plus touchés par ce phénomène, lorsque la lune et le soleil sont des côtés opposés de la terre, ou lorsqu’ils sont du même côté, cela provoque des marées fortes.

En supposant, que les végétaux fonctionne de la même façon, si la lune peut tirer de l’eau dans l’océan pour provoquer des marées, elle affecte sûrement aussi l’eau des plantes et du sol.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Revenons sur terre et regardons les faits. La lune provoque certainement les marées océaniques et affecte également d’autres évènements sur Terre, MAIS… Son effet est infime sur la plupart des choses que nous ne pouvons pas le quantifier, ni le percevoir. 

Aucune marée n’est visible sur les petits lacs, par exemple, car le vent et les courants des rivières entrantes ont un effet beaucoup plus important que la gravité de la lune ou du soleil. Et parle les plus grands lacs du monde, leurs marées qui ne dépassent pas 50 centimètres.

Actuellement, aucune preuve scientifique démontre une variation mesurable des niveaux d’eau dans le sol et au coeur même des végétaux pendant les différentes phases lunaires.

LES DIFFÉRENTES CROYANCES

Bien que de nombreux jardiniers croient à l’influence de la lune sur les plantations, peu d’entre eux savent qu’ils existent en fait trois systèmes de croyances différents :

Les phases lunaires

Cette croyance est communément basé sur les différentes phases lunaires. Jackie French l’explique bien “la croissance des plantes est censée suivre l’augmentation ou la diminution de la lumière de la Lune”. On suit alors l’évolution de la croissance et de la décroissance de la lune.

Les phases lunaires et signes du zodiaque

Puisque la lune traverse les signes du zodiaque, il est naturel de conclure qu’ils affectent également les plantes. Cette croyance est plus fine et prend en compte les deux systèmes pour décider du bon moment pour planter et récolter.

Signes de la lune sidérale contre tropicale

Dans ce système, on pense que les signes lunaires sidéraux sont plus importants que les signes lunaires tropicaux – quels qu’ils soient?

Quel système est le bon?

A mon avis, l’un des gros problèmes de toute cette croyance. Lorsque tu as trois croyances concurrentes et que même les croyants ne peuvent pas s’entendre sur le sujet… Je me demande réellement si l’une d’entre elles est fondée.

CE QUE J’EN PENSE…

Les maraichers

D’une part, la majorité des agriculteurs ne tiennent absolument pas compte des effets que pourrait avoir la lune sur leur récolte et pourtant, ils obtiennent d’excellents résultats que ce soit en agriculture conventionnelle ou biologique.

(Peut-être est dû au progrès technologique ? Quoi qu’il en soit personnellement, je n’ai jamais remarqué une quelconque divergence entre les jardiniers qui suivent le rythme lunaire et les autres.)

D’autre part, il est très compliqué d’imaginer une organisation basée sur le rythme lunaire. Prévoir des temps de repos, quand la lune a des influences négatives. Semer, planter, récolter en quelques jours, voir quelques heures est tout simplement inimaginable.

En pratique

Il est souvent difficile de respecter le calendrier lunaire. Pour la majorité d’entre nous, le seul moment de disponibilité pour pouvoir jardiner est le week-end. C’est une contrainte supplémentaire que l’on s’inflige de jardiner avec la lune…

De nombreux paramètres sont véritablement à prendre en compte en premier lieu, notamment, la météo, la qualité du sol, l’arrosage, la saisonnalité…

Et dans la nature ?

J’aime beaucoup m’inspirer de la nature, et en ce qui concerne le jardinage lunaire, pas mal de critères m’échappent. La nature, elle-même ne jardine pas avec la lune… Quand une graine se sème ce n’est pas grâce à la position de la lune, si même de sa forme. Elles se dispersent au gré du vent, transporter par les animaux, puis elles germent quand les conditions leur sont favorables tant au niveau de la chaleur, de l’ensoleillement, de l’humidité…

Il en est de même pour les récoltes, quand un oiseau vient picorer des graines, ce n’est pas en fonction de la lune mais bel et bien dicter par ses besoins primaires.

Pour conclure, jardiner avec la lune possède certainement une vérité. Autrefois, au temps où les calendriers et horloges étaient des produits de luxe, les Hommes se repérer dans le temps avec le rythme lunaire et solaire. Il est tout à fait compréhensible que la lune permettait aux jardiniers de planifier leurs travaux dans le temps.

Ces croyances d’autrefois sont-elle encore au goût du jour ???

Et toi, jardines-tu avec la lune ?

2 commentaires

  • Lavaux

    Bonjour Delphine,
    La lune a une influence globale sur la Terre. Cependant au niveau d’une plante, la capillarité est une force beaucoup plus importante que la gravité et , a fortiori que l’écart de gravité causé par la lune. La lune a donc une influence globale. Cependant au niveau d’une graine ou d’une plantule, les conditions immédiates (sol, humidité,…) sont bien prépondérantes. Alors faisons la part des choses et tenons compte des prévisions météorologiques pour planter, la prise en compte de la lune sera faite et laissons les forces capillaires faire monter la sève beaucoup plus sûrement que la variation de la gravité… sinon la sève ne monterait jamais! J attendais un article plus courageux !
    Belle journée à tous, chacun est libre de sa pensée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *