Actualité

ET SI ON PARLAIT ZÉRO DÉCHET ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

En permaculture, on parle beaucoup de recyclage, de réutilisation, de compostage… sauf qu’il serait idyllique de se contenter d’éviter de générer du déchet uniquement dans son potager. Comment peut-on prendre soin de notre terre quand on pille ou pollue la terre de nos voisins. Et si, on parlait du zéro déchet dans sa globalité ?

Panier de légumes par Jill Wellington de Pixabay

Qu’est ce que le Zéro Déchet ?

Le zéro déchet est un mode de vie holistique, qui visent à réduire tous les emballages de notre quotidien : de l’alimentation en passant par l’entretien de la maison et pour en finir par l’achat de nos objets.

Tout d’abord pour agir, il faut prendre connaissance et conscience des faits.

Voilà quelques chiffres :

  • 590kg de déchets par an / personne
    • dont 365kg en ordures ménagères
      (80 kg d’emballages → 20 kg d’emballages destiné à l’alimentation)
    • 225kg en déchetterie
      (16 à 20kg d’équipement électrique ou électronique)

Le but ultime d’un mode de vie zéro déchet est bien sur de ne plus produire de déchets disons non organique.


OK, mais comment ?

Tout comme pour la permaculture, il existe des règles à suivre… les 4 R.

1 – Refuser

Refuser les publicités quotidiennes dans vos boîtes aux lettres qui sont jetées quelques heures après les avoir récupérés. Il en est de même pour les tickets de caisse, les sacs plastiques, les objets publicitaires…

2 – Réduire

Le mode de vie zéro déchet nécessite de se séparer de ce dont nous n’avons pas réellement besoin. Il va falloir apprendre à vendre, louer, ou donner les objets qui nous encombrent depuis des années.

On privilégie la qualité et la durabilité plutôt que la quantité.

3 – Réutiliser

Le but ici est de prolonger au maximum la durée de vie de nos objets. C’est pour cela qu’il est indispensable de prévoir des objets durables et de qualité, de manière à générer le moins de déchets possible.

Par exemple, prévois un sac cabas en tissu au lieu de racheter un énième sac plastique.

4 – Recycler

Si tu n’est pas parvenu à réaliser ces 3 premières étapes, il reste le recyclage. À ce stade, il ne reste plus qu’à trier ses déchets en fonction de leur matière.

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !!!

5- Composter

J’aimerais ajouter à ses 4 principes, celui de composter.

Déposer les déchets organiques pour en faire un fertilisant naturel et d’une très bonne qualité qui profitera de nouveau à nos futures plantations.

Equipement zéro déchet par RikaC de Pixabay

Et les courses alors ?

Hé ben… tu n’achètes plus aucun aliment ou produit emballé 😱

Mais non, tu ne vas pas mourir de faim, tu vas juste prendre soin de ton alimentation et de ta santé. Le principe est d’acheter tout ce qui peut l’être en vrac, et pense à éviter les sacs en papier, pour cela utilise des petits sacs en tissu.

Concernant la viande, le poisson, le fromage… il va falloir te munir de quelques contenants afin de demander à ton commerçant de les remplir en fonction de tes besoins.

Le vrac coûte près de 20% moins cher qu’un produit emballé.

Et là, tu as la chance d’avoir ton petit potager bio qui te fournit de délicieux légumes totalement zéro déchet avec une empreinte carbone dérisoire 😍.

Pour résumer, on oublie tous les plats industriels, les boîtes de conserves (et par la même occasion les conservateurs, les exhausteurs de gout, les colorants…), les fruits et légumes emballer… Bien évidemment, il va rester quelques denrées difficilement trouvables sans emballage donc à ce moment-là, tu privilégias les emballages recyclables.

Comme tu l’auras surement deviné, les aliments vont être bruts…Il va falloir apprendre à les cuisiner ou à les crusiner (cf. article : alimentation vivante)

Ne t’en fais pas, on ne te demande pas d’être “LE” chef gastronomique de l’année, tu peux cependant réaliser des petits plats tout simples et pourtant délicieux.

Bocaux par Pexels de Pixabay

Et en ce qui concerne l’entretien de la maison ?

Dans nos supermarchés, on retrouve des rayonnages entiers de produits pour laver, dépoussiérer, dégraisser, détartrer, désodoriser… et j’en passe. Sauf que c’est produit en plus d’être suremballer, sont hyper toxique, il suffit de retourner les flacons pour en prendre conscience.

Alors comment faire pour garder sa maison propre, sans utiliser l’artillerie lourde des supermarchés ?

Il suffit de regarder comment nos grands parents faisaient pour entretenir leur habitat.

Et… on retrouve le vinaigre blanc (détartre, désinfecte, dégraisse…) ainsi que le bicarbonate de soude ou bicarbonate de sodium (désodorise, récure…)


Il y a tellement de choses à dire sur le sujet que si tu veux en savoir plus, n’hésite pas à faire un petit tour sur ces blogs :


Partager l'article
  •  
  •  
  •  

3 commentaires

  • Harmonie des corps

    Il faudrait créer un mouvement pour aller redéposer les emballages qui ne servent à rien (l’emballage de l’emballage) qui a été mis en place pour la vente en grandes surfaces, à ceux-là même qui les ont produit. C’est vrai qu’il y a de plus en plus de lieu où l’on peut aller acheter du vrac, mais souvent cela se fait en allant d’un endroit à un autre (donc pollution avec la voiture, et temps passé bien plus long).
    Ne faudrait il pas régler le problème à la source ?

  • Valentine - Parents en Equilibre

    Salut !

    100% convaincue et adepte !

    Cela surprend toujours les commerçants lorsque j’arrive avec mes tupper ou mes sacs en papier et en tissu pour acheter mes fruits, mes légumes, mon fromage… etc ! Cela peut semble contraignant à certains mais en réalité, c’est une habitude à prendre. Cela implique toutefois de ne plus faire ses courses en supermarché… car là-bas, c’est le temps de l’emballage à gogo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *