Jardinage

CONNAIS-TU CE QU’EST LE “MULCH” ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Avez vous déjà entendu parler du “mulch” ? Si tu t’intéresses à la permaculture, très certainement, mais à vrai dire qu’est ce vraiment ? Dans cet article, je te dis tout sur ce mot assez singulier.

Tout d’abord, en prenant le temps d’observer notre environnement, on constate que : naturellement, le sol n’est jamais nu (sauf cas exceptionnel), il est toujours recouvert d’un tapis de végétation ou d’une couche de déchets organiques.

Si toutefois, le sol se retrouve nu, il est très rapidement colonisés par des plantes pionnières. Ce sont généralement des “mauvaises herbes”.
(cf article : les secrets des mauvaises herbes).

Paillage fraisier par andreas160578 de Pixabay

Les origines du mot “mulch” ?

“Mulch” à l’oreille, ne sonne pas français…. et effectivement, ce mot est d’origine anglo-saxonne, traduit en français par les mots “paillis” ou “paillage”.

Étymologiquement, le mot “paillis” est un dérivé du mot “paille”, quoi qu’il en soit, on utilise cette traduction pour l’utilisation de matériaux couvrant le sol, qu’il soit naturel ou non.


Pourquoi “mulcher“ ?

Mulcher” consiste à recouvrir le sol de façon permanente ou temporaire avec des matériaux organiques ou minéraux ayant pour but de :

  • conserver l’humidité
  • améliorer la fertilité et la santé du sol
  • réduire la croissance des mauvaises herbes
  • améliorer l’attrait visuel

On catégorise le mulch en deux catégories :

  • Les mulchs organiques : ceux qui fertilise le sol
  • Les mulchs de matériaux : ceux qui n’ont pas d’utilité directe pour le sol (Bâche, cartons, cailloux…)

Le but est d’utiliser uniquement des produits exempts de produits chimiques et inoffensifs pour ton jardin.


Quels sont les avantages du mulch ?

Tout d’abord, la matière organique est décomposée par la faune du sol ou pédofaune, qui la transforme en nutriments facilement assimilables par les végétaux. Le but ici est d‘entretenir la fertilité du sol.

Sous cette épaisse couche de matériaux, l’humidité du sol va être conservée, ayant pour but de limiter l’arrosage et de protéger le sol.

Etant donné, l’absence ou la réduction de luminosité, la levée des graines présentes dans le sol est ralentie ou stoppée, ayant pour effet de limiter drastiquement les plantes spontanées.

Au niveau météorologique, le mulch protège le sol de l’érosion causé par la pluie et le vent, ainsi il joue un rôle protecteur face aux conditions météorologiques extrêmes (gel hivernal, canicule..)

Indirectement, il protège les plantations. En présence de paillage, les légumes tel que les fraises et autres cucurbitacées… ne sont plus en contact direct avec la terre, ce qui évite leur pourrissement.

Mulch avec copeaux de bois par alusruvi de Pixabay

Quels sont les inconvénients du mulch ?

Malgré les nombreux avantages du mulch, il y a tout de mêmes quelques inconvénients à prendre en compte :

  • Il offre un refuge pour les rongeurs, les limaces
  • Il ralenti la levée des semis, en réduisant la luminosité
  • Pour certains matériaux, le renouvellement doit être très régulier
  • Il amoindrir le réchauffement du sol au printemps
  • Il modifie le pH du sol (les écorces de pin acidifient le sol)

Quels matériaux choisir?

Avant tout, le choix des matériaux va dépendre des besoins de tes cultures. Je te fais un bref résumé : concernant les plantes potagères, celles-ci vont avoir d’avantages besoin d’azote (matériaux verts) pour favoriser le développement des bactéries, pour ceux qui est des plantes plus pérennes (arbustes, fruitiers…) ils auront besoin de matériaux plus riche en carbone (écorces, BRF, paille…) afin de développer la présence de champignons, de mycélium et augmenter la production d’humus.

~ Le BRF ~
(Bois Raméal Fragmenté)

Ce sont les jeunes rameaux de l’année broyés, ils ont l’avantage d’avoir un bon rapport carbone/azote. Par contre, il faut une grande quantité de bois pour couvrir de petite parcelle de terre.

~ Le broyat ~

Comparé au BRF, le broyat comprend de tout types de bois, son apport en carbone est donc supérieur au BRF.

~ Les feuilles ~

Les feuilles sont très facile d’accès que se soit en termes d’abondance et de gratuité. Sauf, que toutes les feuilles ne se valent pas. (Par exemple : les feuilles de platanes sont assez carboné par rapport aux feuilles de fruitiers qui sont plus azotés)

~ La paille ~

La paille laisse passer l’air et l’eau et est très efficace contre le développement des « mauvaises herbes ». Toutefois, ce matériaux est très riche en carbone, ce qui n’est pas l’idéal pour nourrir directement le sol d’un potager car celui-ci a davantage besoin d’azote.

~ Le foin ~

Tout comme la paille, le foin laisse facilement passer l’eau et l’air. Il est riche en éléments nutritifs, toutefois, sa durée de vie est très courte, il est à renouveler approximativement tout les ans.
Attention, il peux contenir des graines.

~ Les tontes de gazon ~

La tonte de gazon fraîche est un élément extrêmement riche en azote. En effet, il est conseillé de la répartir en couche moyennement fine au risque de faire monter la température du sol et de l’asphyxier. De plus, sa durabilité est très courte, il faut donc prévoir de remplacer ce paillage très régulièrement.

~ Les engrais verts ~

Les engrais verts constituent une couverture riche en éléments nutritifs. (cf. article : Fertiliser avec des engrais verts)

~ Couverture végétale~

Toutes les plantes vivantes peuvent être considérer comme du mulch.
(plantes spontanée rampante ou plants potager, par exemple plants de courges sous les maïs).
Cependant, il doit y avoir assez de densité et diversité pour que cela soit efficace.

~ Paillis minéraux~

Les cailloux, galets, brisures d’ardoise… abritent une certaines faune utile à la vie du sol et à la biodiversité. Ils sont extrêmement durables… D’autre part, ils n’améliorent pas la fertilité du sol.

Feuilles d’automne par PublicDomainPictures de Pixabay

Quoi qu’il en soit, la liste est bien sur non exhaustive… Il existe des tas de façon de mulcher à toi de trouver ce qui te conviens le mieux en fonction de tes attentes, de ton terrain, de ton environnement… Pour finir, tu peux aussi les associer afin d’en tirer le meilleur parti de chacun.


Si tu as des questions, n’hésites pas à m’en faire part dans les commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre. N’hésites pas à partager et à aimer cet article, s’il t’a plu.


Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *