JARDINAGE

POUR DES ARROSAGES OPTIMISES

On ne le répétera jamais assez, l’eau est rare et précieuse. Économiser ses arrosages est une règle fondamentale surtout dans un potager en permaculture.

N’oublie pas que l’eau joue un rôle déterminant dans le développement et la production de tes plantations. Elle constitue en moyenne 90 % de nos légumes, c’est quand même hallucinant.

Sans eau, aucune vie n’est possible

📷 – Instagram

TON LIEU DE VIE

Les conditions climatiques

Le premier paramètre à prendre en compte est le climat dans lequel tu vis. Ta consommation d’eau va grandement varier, en fonction de ta situation géographique, des besoins de ton potager et du stade de développement de tes plantations.

Les indications à venir sont des mesures valables pour un climat continental et avec une météo clémente. Il faut bien prendre en compte les aléas climatiques et le besoin en eau de tes plantations.

Je pense notamment aux grosses chaleurs, ou encore au vent qui accélère l’évaporation de l’eau dans l’atmosphère. Si cela est le cas chez toi, tes arrosages devront être plus fréquents et plus conséquents.

L’exposition du potager

En plus, du climat dans lequel tu vis, il est aussi important d’observer les différentes parcelles de ton potager. Tu vas certainement avoir des espaces plus ombragées où l’humidité est plus constante et des espaces très ensoleillés qui vont rapidement s’assécher.

Naturellement, tu vas devoir varier tes arrosages en fonction de l’exposition de ton terrain et de tes parcelles.

A chaque plants, ses besoins

Nos plants de légumes ont des besoins bien différents concernant l’apport d’eau. Cependant, pour leur survie et leur production plusieurs litres d’eau par jour seront nécessaires sur un sol nu. Tant dis, que sur un sol paillé, les quantités vont être considérablement réduites.

Dans un climat continental, nos plants ont besoin d’environ 2 litres d’eau par jour et par mètre carré en stade de végétation. Au stade de production, les besoins augmentent, on passe à 4 litres d’eau par jour et par mètre carré.

Pour les climats plus chauds, les besoins en eau vont augmenter de 50%. En effet, les températures plus chaudes accélèrent l’évaporation de l’eau et la transpiration des plants.

Ces chiffres sont donnés à titre indicatif, chaque plant va avoir des besoins différents en matière d’eau. Certains plants tels que l’ail, oignon, pois, fève vont avoir des besoins en eau minime par rapport au radis, concombre, maïs…

LES ARROSAGES

Les quantités

L’important selon moi est d’arroser de façon abondante mais assez espacé dans le temps. Il vaut mieux arroser tes plants avec 15 litres d’eau au m2 minimum tout les trois, quatre jours sur un sol nu que d’arroser tous les jours avec des quantités d’eau plus réduites.

Le fait d’arroser abondamment mais espacer dans le temps va forcer les plants à chercher l’eau plus en profondeur. Inévitablement, ils vont créer un système racinaire plus profond.

N’oublie pas que ce sont des indications avec des températures clémentes ni trop chaud, ni trop froid. Attention toutefois, aux différents aléas climatiques qui peuvent soit augmenter, soit diminuer considérablement le besoin en eau de tes plantations.

La période idéale

Pour la période estivale, le moment de la journée idéal pour l’arrosage est le soir car les nuits vont permettre à l’eau de pénétrer assez profondément dans le sol sans avoir une trop grosse déperdition d’eau due à l’évaporation.

En ce qui concerne l’automne et le printemps, il va être préférable d’arroser plutôt le matin. Cela évite l’apparition de maladies, car l’humidité et la fraîcheur de la nuit sont des conditions idéales pour le développement de certaines maladies.

Comment arroser ?

Il est toujours préférable d’éviter les feuilles lors des arrosages surtout quand la météo est ensoleillée, car le soleil va avoir tendance à brûler les feuilles à cause de l’effet loupe créé la goutte d’eau.

Tu vas certainement me dire, oui mais lorsqu’il pleut l’eau ruisselle sur le feuillage et pourtant les feuilles ne sont pas brûlées, et en effet… Mais, n’oublions pas que la nature fait bien les choses et que lorsqu’il pleut, les rayons du soleil sont diffus et masqués par la présence des nuages.

Idéalement, l’arrosage se fait en douceur et au pied du plant. On laisse tomber les jets trop forts, cela va avoir tendance à compacter ton sol et l’eau va ruisseler, elle aura donc du mal à pénétrer correctement dans le sol.

ÉCONOMISER L’EAU

La nature du sol

Il y a des textures de sol qui retiennent bien mieux l’eau que d’autres. Il faut savoir qu’un sol sableux retiens près de deux fois moins d’eau, qu’un sol argileux.

Si ton sol est de nature argileuse, les arrosages vont se faire 2-3 fois par semaine en fonction des besoins et de la météo bien sûr.

Par contre, si on prend un sol plutôt sableux, il va être judicieux de prévoir un arrosage journalier. Car la rétention d’eau est très faible.

La porosité du sol

Il n’y a pas que la nature du sol qui rentre en jeu, la porosité a aussi une grande importance. Plus ton sol sera vivant rempli de vers de terre, plus il sera capable de retenir l’eau.

En effet, les galeries créées par les vers de terre sont très profondes permettant donc à l’eau de pouvoir s’infiltrer plus en profondeur. Contrairement à un sol vivant, un sol compacté lui va laisser l’eau ruisseler et se perdre un peu plus loin.

Le paillage

Et pour finir, le paillage un allié de taille pour économiser ses arrosages. Le paillage évite la déperdition d’eau dans l’atmosphère.

Mais, pour cela il va falloir mettre le paquet.

Inutile, d’imaginer que quelques brins de paille disposés sur le sol de part et d’autres vont suffire à protéger ton sol, il va falloir mettre minimum 10 centimètres de paille, foin, feuilles mortes… afin de pouvoir prétendre à réduire les arrosages significativement.


Avec tous ces précieux conseils, tu vas pouvoir économiser ton temps et ton énergie… Mais, il ne dispense en aucun cas d’un petit coup d’arrosage de temps à autre, si la météo se montre avare en pluie.

5 commentaires

  • Daisy

    bonsoir Delphine,

    Merci pour ton message concernant l’eau .

    Je vis en Haute Savoie, j’ai une réserve d’eau de pluie de 300 litres, ( bien pleine en ce moment ! )
    Mais on nous annonce des 30 degrés cette semaine …….
    Mon fils m’a offert 3 Oyas que je vais essayer à partir de maintenant.
    J’ai un petit jardin de 4 planches, et j’essaye la permaculture. J’ai remarqué que l’humidité après 4 jours de pluie reste longtemps autour des plantations, tomates, salades et qu’elles se portent moins bien, donc j’écarte la paille……
    autour de ces plantations et attend de voir le résultat.
    Au plaisir de lire tes billets intéressants et joie au jardin.
    Cordiales salutations
    Daisy Wagner

  • Nicolas

    Article trés intéressant merci. Il y’a un facteur qui rentre également en compte, c’est le contenant. Quand il contient beaucoup de terre (planche de culture ou culture en plein sol), il a tendance à mieux retenir l’eau. Mais pour un culture en pot ou en bac, il faut être plus attentif et arroser plus souvent.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *